· 

Qui pilote la réduction des déchets dans l 'Aube ?

Ce n'est pas la faute des habitants si la politique de prévention des déchets ne fonctionne pas dans l'Aube ! 
Il est insupportable d'entendre que le SDEDA, le Département et bien d'autres... sont "obligés" de choisir une solution radicale car "Vous savez, ces pov gens ne sont pas capables de trier convenablement, c'est un problème de cultuuuuure !!!!"

C'est INSULTANT !!!


La prévention des déchets, c'est à dire donner aux habitants les moyens et les outils pour réduire les déchets et mieux trier, cette politique là, n'a JAMAIS été menée dans l'Aube.


Ci dessous une page du site de la DREAL (préfecture de la région Grand Est, quand même !) qui le précise Noir sur Blanc !


"LE DEPARTEMENT DE L'AUBE EST TRES PEU COUVERT PAR CES PLANS !"


Alors comment peut-on proposer un scénario d'incinération sans faire une politique volontariste de réduction AVANT, et évaluer sérieusement les volumes par types de déchets avant de proposer une "solution définitive pour 30 ans"!


http://stop-incinerateur.fr
http://www.sinoe.org/

La prévention des déchets ne fonctionne pas dans l'AUBE

 

A l'envers...

Dans l'Aube, le SDEDA (Syndicat Départemental d’Élimination des Déchets de l’Aube) "traite" les déchets ménagers que les 9 communautés de communes, le SIEDMTO et TCM (Troyes Champagne Métropole) collectent.

Sur la base du Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux de l'Aube de 2014, le SDEDA, appuyé par le département propose une unité d'incinération sans valorisation matière, sans stockage de l'énergie produite et sans adaptation des volumes à traiter.

Madame La Présidente du $DEDA, Monsieur Le Président du Département,  vous appliquez le plan départemental pour lancer un incinérateur mais lorsqu'on Vous parle de programme de prévention pourtant inclus dans ce même plan, Vous répondez que "la compétence des déchets a été transférée à la Région".

Dans la méthode, ça dysfonctionne, comme "y disent" nos technocrates !

Comment mettre en place une "solution" sans travailler sur les causes ?

C'est dans l'air du temps de prescrire un médicament sans même avoir fait ni analyse ni régime ... et d'ailleurs interdire le régime, pour prouver l'efficacité du médicament... c'est tentant !

 

Des outils rodés à disposition des politiques territoriales

L'ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) rappelle:

"L’élaboration des programmes locaux de prévention des déchets ménagers et assimilés (PLPDMA) est obligatoire depuis le 1er janvier 2012, et est une condition essentielle à la mise en œuvre d’une démarche territoriale d’économie circulaire.
La réussite repose sur une dynamique territoriale spécifique à chaque territoire".

Pour éviter que les zones rurales souvent  les plus vertueuses et imaginatives soient surtaxées, pour adapter les dispositifs de collecte aux réels besoins des habitants, pour motiver des comportements positifs, il faut construire des solutions collectives et faire confiance aux citoyens. C'est bien l'objet des programmes locaux de prévention qu'il est urgent de mettre en place.

 

La participation citoyenne oubliée

Aidée par l'état, la Politique de la Ville rend aux citoyens leurs rôles d'acteurs de leurs choix, leur donne des moyens de construire collectivement des projets, leur  redonne la confiance qui leur  avait été confisquée.

Comment peut-on, sur le plan national, redonner aux habitants les moyens et l'autonomie de forger leurs projets d'avenir et, sur le plan départemental, les priver des réflexions et des actions concernant la gestion de leurs propres déchets?

 Quelle arrogance de toujours savoir ce qui est bon pour nos citoyens sans les consulter!

Qui pilote la réduction

Oui, c'est compliqué de mettre en place un portage politique fort et différent, respectant et impliquant  les citoyens, d'animer des équipes de prévention dynamiques.

Comme nous le faisons depuis plus de deux ans, nous appelons de nouveau les collectivités, les syndicats, les industriels, les bailleurs, les collectifs citoyens à constituer un groupe opérationnel, sous l'égide de la préfecture par exemple, pour mettre en place les plans locaux de prévention obligatoires depuis 2012.

C'est à cette condition qu'il sera possible d'obtenir un état des lieux des caractérisations des déchets par zone et types d'habitats et de travailler sur des volumes prospectifs objectifs.

Imposer "la solution" radicale de traitement avant la mise en place d'une politique participative, c'est tuer toute motivation à la réduction des déchets.

Aucune politique territoriale ne peut se faire sans la participation citoyenne.

La politique de prévention des déchets n'est pas opérationnelle aujourd'hui dans l'Aube.

Alors ?
L'Aube département exemplaire et pilote dans la prévention des déchets ?
TCM un modèle de plan local de prévention ?
Qui prend localement les manettes de ces challenges bien plus motivants, écologiques et économiquement positifs pour nos territoires  que de signer un bon de commande pour un incinérateur et faire disparaitre nos déchets , sans plus faire d'effort aucun ?

Imposer un outil de traitement sans mener au préalable, une prévention volontariste et participative est une erreur de méthode que nous pourrions payer très cher.

 

 

Pour le bureau d’Aube Ecologie, ses adhérents, ses sympathisants et les associations partenaires:

                                                                                              JP Braun

contact@aube-ecologie.fr                                                 https://www.aube-ecologie.info/